Préservation numérique

CollEx-Persée encourage la production et la collecte d’objets numérisés et nativement numériques, qui viennent compléter, enrichir ou documenter les collections sur support. La préservation de ces objets, parties intégrantes des collections d’excellence, est un enjeu majeur.

Qu'est-ce que la préservation ?

Préserver un objet numérique, c’est garantir son accessibilité sur le long terme. Ce n’est pas seulement une opération technique : il faut, bien sûr, assurer la sauvegarde des données, mais aussi leur associer des métadonnées descriptives, techniques et de structure, afin qu’on puisse toujours les comprendre et les interpréter. Il faut, enfin, prévoir les moyens pour que la préservation soit financièrement soutenable, et mettre en place une structure organisationnelle pour surveiller l’état de l’objet et l’évolution de son format.

Que préserver ?

Ce programme s’intéresse à tous les types d’objets numériques que l’on peut trouver dans les collections des bibliothèques : documents numérisés (imprimés, manuscrits, audiovisuels…) ou nés numériques (archives orales, archives institutionnelles ou scientifiques, documents interactifs ou jeux vidéo, archives de sites web…). Mais préserver a un coût : il convient donc de faire un tri et d’identifier ce que l’on doit et ce que l’on veut conserver, en croisant critères juridiques, scientifiques et économiques.

Qui sont les acteurs de la préservation ?

Les premiers acteurs de la préservation sont les institutions qui produisent ou recueillent des documents numériques : c’est à elles de déterminer ce qu’il faut conserver, de les décrire et, si elles le peuvent, de choisir des formats de stockage réputés pérennes. Ensuite, elles doivent se tourner vers un système d’archivage électronique (SAE) approprié, qui peut être interne à l’établissement ou externe ; public (comme le CINES ou la BnF) ou privé.

Appel à manifestation d'intérêt

Octobre 2021

Résultats de l'AMI_PN

31 juillet 2021

Clôture de l'AMI_PN

17 mai 2021

Ouverture de l'AMI_PN

Objectifs du programme

La préservation numérique apparaît à ce jour comme un « angle mort » dans la gestion des données et des sources de la recherche. Les solutions à disposition des établissements de l’ESR sont coûteuses et souvent inadaptées à la grande masse des objets numériques à préserver.

CollEx-Persée a engagé une démarche de pédagogie et de sensibilisation sur le sujet, en vue d’identifier les besoins et problématiques propres aux établissements et d’entamer un dialogue spécifique avec les opérateurs compétents.

Les membres du groupe « Préservation numérique » s’efforcent de définir avec et pour les membres du réseau une politique de la chaîne de collecte ou production, accès et conservation à long terme, en fonction d’une typologie des produits, des données et de l’intérêt effectif d’un archivage à long terme.

Fonctionnement

Un groupe de travail a été constitué en septembre 2019 avec les principaux acteurs de la préservation numérique ainsi que des bibliothèques déjà impliquées sur le sujet : CINES, BnF, Huma-Num, SIAF, Abes, Persée, MESRI, mais aussi Sciences Po Paris, La Contemporaine, le MNHN et la Bnu, ces deux derniers étant pilotes du groupe.

Pilotes : Alain Colas (Bnu) et Clément Oury (MNHN).

Membres : Frédéric Blin (Bnu), Viviane Boulétreau (Persée), Olivier Cian (ABES), Aurélien Conraux (SIAF), Véronique De Kok (MESRI), Louis Delespierre (MESRI), Olesea Dubois (Sciences-Po), Yannick Grandcolas (BnF), Hélène Jouguet (HumaNum), Dominique Naud (SIAF), Stéphane Pouylleau (Huma-Num), Olivier Rouchon (CINES), Coline Silvestre (SIAF), Valérie Tesnière (La Contemporaine).

Etapes de travail

2022 : Instruire la question de la conservation des archives scientifiques nativement numériques en bibliothèque.

2021 : Proposer un appel à manifestation d’intérêt afin d’évaluer les besoins de préservation des bibliothèques numériques.

2020 : Identifier la nature des objets à préserver, ainsi que le degré d’archivage à appliquer à chacun. Plusieurs orientations ont émergé :

  • prioriser une offre de soutien à la préservation des corpus numérisés ;
  • concevoir un objectif de mutualisation qui fasse masse pour abaisser sensiblement les coûts d’archivage pérenne ;
  • élaborer un guide méthodologique présentant les lignes directrices utiles à la communauté CollEx-Persée et au-delà pour l’archivage des données numériques (documentation publiée ci-dessous).

Publications et outils

Lignes directrices pour la sélection des objets à préserver

Ces lignes directrices sont destinées aux personnes amenées à créer ou recueillir des données numériques, notamment dans le cadre de projets. Elles doivent leur permettre de définir ce qu'ils doivent et veulent préserver. Elle peuvent s'exprimer sous forme de logigrammes, pour déterminer le statut du document (logigramme n°1) puis évaluer ce qui être conservé, selon qu’on a affaire à des archives (logigramme n°2) ou non (logigramme n°3).

Logigramme 1 : déterminer le statut de l’objet

Logigramme 2 : archives publiques

Logigramme 3 : autres objets numériques

Aller plus loin